3 ou 5 clous au blason de Maillane ?

Aujourd’hui, ensemble, arrêtons la désinformation.

Revérifions les sources.

En effet, sur Wikipedia, en tapant le mot « Maillane », vous tomberez sur un blason :

Soyons d’accord sur un fait : il est magnifique !

Mais il a DEUX problèmes pour toutes celles et tous ceux qui aiment Maillane :

Nous avions déjà vu, dans un précédent article, que la graphie originelle du trigramme de Jésus était « IHS » et non pas « JHS »…

Mais un autre détail devrait attirer votre attention…. Les clous !

Pourquoi 5 clous ?

Ceci ne vous choque pas ?

Rappelons que ces clous sont les clous de ce que l’on nomme « La Passion » est qui est en fait le symbole de la mort de Jésus Christ. Deux pour les poignets (et pas dans les paumes des mains), et un pour les pieds croisés l’un sur l’autre. Le but de la mort par crucifixion étant le fait de tuer par étouffement (en agrandissant la cage thoracique avec le poids du corps, et ainsi empêcher le supplicié de respirer). C’est donc une mort très lente, qui, d’ailleurs posa souci. Car les romains avaient peur qu’avec la nuit tombée, et le sabbat, des partisans ne viennent pour décrocher les suppliciés.

Ainsi, la coutume était de briser les genoux des condamnés à mort afin que leurs jambes ne les porte plus, et que l’étouffement s’accélère.

Illustration : 21 mars 1986 , The Journal of the American Medical Association.

« 31 Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, -car c’était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, -les Juifs demandèrent à Pilate qu’on rompît les jambes aux crucifiés, et qu’on les enlevât. 32 Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l’autre qui avait été crucifié avec lui. 33 S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes; 34 mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau. »

Bible de Louis Segond – Jean 19,31-34

Reprenons, à quoi servent ces clous ? A maintenir le supplicié sur la croix…

Et comment le maintient-on sur la croix ? 3 Clous ? Et Pourquoi pas 5 ?

Très bien… Alors faisons le compte…

Le bras gauche… Un clou..

Le bras droit… Un clou…

La jambe gauche… Un clou…

La jambe droite… Un clou…

Cela fait 4 clous ! Et le 5è ? Où peut-on planter le 5è ???

Rassurez-vous, nulle part ! Il y a en effet une raison historique à cette erreur : une mauvaise information transmise au XIXès dans un ouvrage de référence.

En effet, ces clous sont les clous de la Passion. Que l’on nomme :

Les Saints Clous

Saints clous… Saints clous… Saints clous…

Maintenant, imaginez que vous soyez quelques centaines d’années (une ou deux, pas plus) en arrière, et que vous demandiez que vous soit décrit le blason de Maillane.

En énonçant « Les saints clous » avec un accent provençal appuyé, il est fort probable que vous entendriez « cinq clous ». 5 clous !

« Saints clous » / « Cinq clous ».

Et c’est cette erreur qui se retrouve justement à partir de l’année 1866 dans l’ouvrage : Armorial des communes de Provence, ou Dictionnaire géographique de Louis J S. de Bresc (qui est une référence dans le domaine de l’armorial provençal)

Voici ce qu’il dit sur Maillane :

Et voilà !  » soutenu des cinq clous de la passion »… Soutenu des Saints clous de la Passion…

Qui sont « saints », et pas « cinq » !

Mais regardez, la coquille ne s’arrête pas là. Car dans le texte il déclare  » les armes de Maillane sont IHS, anagramme qui signifie Jésus Hominum Salvator »

Il confirme que les armes de Maillane sont IHS. Et que dessine son graveur ?

1866 Armorial des communes de Provence, ou Dictionnaire géographique

JHS… Car ayant de nombreux blasons à graver, le ou les graveurs ont certainement dû aller au plus pressé, et se limiter de lire la courte description. Regardons la page entière, tout en bas, à gauche :

1866 Armorial des communes de Provence, ou Dictionnaire géographique

Le graveur qui réalise ce blason n’a jamais vu le blason de Maillane réellement. Il le fait par description.

Un vrai amoureux de Maillane n’aurait pas fait cette erreur. Ou, en tout cas, il l’aurait vite corrigée !

Car, d’ailleurs, la meilleure preuve en est sur le frontispice de l’hôtel de ville du village qui a été sculpté en 1842.

Puisque si vous regardez la mairie, du côté de la porte qui se trouve cours Jeanne d’Arc, en levant la tête. Qu’y verrez-vous ?

Plissez un peu plus les yeux…

IHS, et 3 clous…

Par 5, pas 12, pas 25… 3 clous !

Mais savez-vous quel est le symbolisme religieux de ces trois clous ?

Et bien ceci est un autre article !

Hervé H.Lecoq

Vous avez des remarques ? Des commentaires ou des précisions à apporter ?

N’hésitez pas à nous contacter : webmaistremalhana@gmail.com

Publié par Hervé H.Lecoq

Hervé HOINT-LECOQ est né en 1982 et travaille comme Responsable de Service Clients dans le domaine de la vente en ligne. Membre de l’Académie de Vaucluse, passionné d’Histoire, il a administré et participé à différents sites internet personnels et associatifs. Auteur de différents articles en langue française mais aussi anglaise dans des revues, des magazines ou sur des sites d’information, il est désormais rédacteur d'un journal de bord sur la transmission professionnelle. « Je me cultive en faisant quelques recherches que j’ai le plaisir de partager en les faisant publier. Merci d’ailleurs à tous les lecteurs qui montrent de l’intérêt à mes travaux et qui sont une motivation supplémentaire pour continuer d’avancer »

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :