IHS ? JHS ? Qu’est-ce donc ?

Trois lettres.

Simplement trois lettres.

Et pourtant, vous le verrez, ceci nécessitera une explication très fastidieuse pour bien comprendre plusieurs centaines d’années de tradition.

« IHS c’est Jésus ». Nous l’avons vu dans un précédent article, cette affirmation n’est pas suffisante.

Tout d’abord, précisons qu’en raison de la piété de générations de Maillanais.es, expliquer l’Histoire de Maillane, c’est aussi tenter de comprendre les racines chrétiennes de l’âme de ceux qui nous ont précédés. Essayons donc de comprendre leur langage et les symboles qu’ils utilisaient.

La tradition religieuse chrétienne à Maillane a plusieurs siècles d’encrage. Et Maillane, comme toutes les autres communautés de personnes croyantes a toujours voulu afficher sa croyance. Mais comment désigner Jésus ? Par une croix ? Historiquement, ceci est très tardif !

Les premiers chrétiens désignaient en réalité jésus par le symbole d’un poisson.

Stèle funéraire de Licinia Amias, l’une des plus anciennes inscriptions chrétiennes. Registre supérieur : dédicace aux Dis Manibus et formule chrétienne écrite en grec : ΙΧΘΥC ΖΩΝΤΩΝ / Ikhthus zôntôn (« poisson des vivants ») ; registre du milieu : représentation de deux poissons et d’une ancre ; registre inférieur : inscription latine « LICINIAE AMIATI BE/ NE MERENTI VIXIT ». Marbre, début du IIIe siècle ap. J.-C. Provenance : environs de la nécropole du Vatican, Rome. Source : Wikimedia

Mais pourquoi un poisson ?

Et bien parce qu’en dessinant un poisson, vous verrez très facilement que ceci ressemble à la lettre alpha

En grec le poisson se nomme ΙΧΘΥΣ (ichthys), ou ΙΧΘΥϹ. Les premiers chrétiens en firent un symbole secret pour se reconnaître entre eux. Associant à chaque lettre un mot : Iēsous Christos, Theou Yios, Sōtēr (Jésus Christ, Fils de Dieu, Sauveur).

Pour vous permettre de comprendre pourquoi l’alpha fut utilisé par les premiers chrétiens, citons ici l’Apocalypse verset 21:5 (dernier livre du Nouveau testament, rédigé vers le 1er siècle après JC et où l’auteur, qui se prénomme Jean, raconte dans ce livre une révélation qu’un ange lui aurait faite sur le message de Jésus pour expliquer son époque et la fin de celle-ci. Notons que, par facilité, des lecteurs peu sérieux ont raccourci cela en « la révélation de la fin des temps ». Ceci est plus complexe).

Dans ce livre, Jean voit une fin de monde, et la renaissance d’un nouveau avec l’arrivée d’une Jérusalem céleste. A sa tête, Dieu, déclare : « Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: Ecris; car ces paroles sont certaines et véritables. Et il me dit: C’est fait! Je suis l’alpha et l’oméga  » (traduction Louis Segond).

L’alpha et l’oméga. La première et la dernière lettre de l’alphabet grec.

Vous pouvez ainsi voir ces lettres sur l’étole (la longue écharpe) ou la chasuble que portent les prêtres

Ainsi, loin de tout prosélytisme, en gardant une démarche de compréhension purement historique, continuons d’expliquer quelques prérequis pour comprendre ce que signifient ces trois lettres IHS.

Car, un poisson, l’alpha et l’oméga, autant pour un public lisant la Bible, ceci était très commun au moyen-âge, autant pour le peuple, voire même pour les lettrés, cela n’était pas très parlant. Ainsi, très rapidement, le trigramme « IHS » ou « JHS » est venu rendre plus simple la dévotion à Jésus Christ.

Commençons ainsi par nous intéresser à ces lettres. Il s’agit en effet de ce que l’on nomme un « trigramme ».

C’est à dire un mot de 3 lettres. En l’occurrence, IHS, qui est une abréviation. Celle qui désigne le nom de Jésus Christ dans les premiers siècles du Christianisme en grec : ΙΗΣΟΥΣ (en majuscule, ou « Ἰησοῦς » en minuscule).

On voit ainsi que pour désigner le nom de Jésus, en réalité, on parlait plutôt de « iésous ». Qui est en fait l’interprétation de son nom hébreu « Iešuʿah » qui signifie « Dieu sauve » (יֵשׁוּעַ ). Voici d’ailleurs pourquoi on dit communément que le prénom le plus authentique de Jésus en version non latine était  » Yeshoua ».

Car Jésus est en fait la traduction en latin de ce mot « iésous », et écrit avec les lettres latines, ceci donne IESUS ou JESUS, car le J et le I sont deux écritures d’une même sonorité en latin, le « I ». Ainsi, indistinctement, on peut écrire IESUS ou JESUS.

Et c’est ici que cela se complique. Car rappelez-vous, IHS est l’abréviation de la version grecque  » ΙΗΣΟΥΣ « . Donc ceci devrait s’écrire  » ΙΗΣ ». Mais, la dernière lettre, le sigma, n’étant pas une lettre de l’alphabet latin, celle-ci a été remplacée par certains copistes à l’époque médiévale par un « S ». et se retrouvent donc mêlées deux écritures, une grecque, et une latine (le « H » étant en fait la lettre  » héta » qui se prononce « é »).

De ΙΗΣ, nous passons donc à IHS, mais le I et le J étant le même son en latin, selon les copistes, il était donc possible d’écrire IHS ou JHS pour désigner Jésus de Nazareth.

Mais alors se pose une question : Qui a popularisé ce trigramme IHS à un tel point que celui-ci s’est retrouvé sur le blason d’un modeste village de Provence ?

Ceci fera l’objet d’un prochain article : Pourquoi inscrire IHS dans un blason ? Saint Bernardin et Saint Ignace de Loyola

Vous avez des remarques ? Des commentaires ou des précisions à apporter ?

N’hésitez pas à nous contacter : webmaistremalhana@gmail.com

Publié par Hervé H.Lecoq

Hervé HOINT-LECOQ est né en 1982 et travaille comme Responsable de Service Clients dans le domaine de la vente en ligne. Membre de l’Académie de Vaucluse, passionné d’Histoire, il a administré et participé à différents sites internet personnels et associatifs. Auteur de différents articles en langue française mais aussi anglaise dans des revues, des magazines ou sur des sites d’information, il est désormais rédacteur d'un journal de bord sur la transmission professionnelle. « Je me cultive en faisant quelques recherches que j’ai le plaisir de partager en les faisant publier. Merci d’ailleurs à tous les lecteurs qui montrent de l’intérêt à mes travaux et qui sont une motivation supplémentaire pour continuer d’avancer »

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :