La place des cafés

               La Place des cafés, officiellement,  Place Frédéric Mistral, comptait plusieurs établissements  au début des années 1900.

               Le Café des Marronniers (1902), le Café Susini (démoli en 1902), le Café Courbier (1899), le Café Pascalon (1873) devenu par la suite le Café de France,  le Café Henri IV (1919), siège des Royalistes.

               Le Café Pécout (1891), puis Achard (1919), actuellement le Café du Progrès, 

Jeux de cartes, discussions animées, et quelque peu arrosées parfois, faisaient de ces lieux et terrasses le cœur du village.

               Il exista même de 1897 à 1914, route de Graveson, une buvette, appelée aussi Café de l’Avenue, et où, les jours de fêtes, il y avait  « Café-Concert », ancêtre certain de nos bodegas !

               La Place  reste aujourd’hui un lieu essentiel et incontournable dans la vie du village. Elle est encore aujourd’hui  le théâtre de toutes les fêtes et manifestations importantes de Maillane.

               Quand au  Café du Soleil, Lou Souleu, à l’origine le Café Raffin,  il fût baptisé ainsi par Frédéric Mistral et en devint de ce fait un lieu mythique pour les Maillanais très fiers de leur poète.

               Prix Nobel de littérature, Frédéric Mistral n’en était pas moins attaché à son village natal et c’est Café du Soleil qu’il aimait rencontrer ses concitoyens et jouer aux cartes (pas très bien  d’après les témoins de l’époque…)

Frédéri Mistral au café du Soleil

Merci à Laurence BOUISSON pour le partage du fruit de ses recherches.

Reproduction non autorisée sans autorisation.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :